was successfully added to your cart.

L’anxiété de performance

By 4 avril 2017Publications
AVANT PROPOS
Sans retourner à la préhistoire, le corps et l’esprit furent des sujets d’étude suscitant beaucoup d’intérêt des philosophes et des médecins. Cette dualistique, entre autres mise en évidence par René Descartes au 17e siècle, distingue le corps de l’esprit. Bien que le postulat de base soit toujours au centre des intérêts de recherche des milieux de la santé et de la psychologie, le contenu de ceux-ci était basé sur le spirituel (l’esprit d’animaux) et le physiologique (l’enveloppe corporelle).
PSYCHOPHYSIOLOGIE DE L’ANXIÉTÉ?
Des notions comme l’homéostasie et l’allostasie virent le jour au 19e siècle: permettre l’adaptation de certains systèmes du corps humain à l’aide du système nerveux autonome et du système endocrinien. Il s’agit d’un processus mis en branle en autres lors de changement environnemental, social et biologique. La régulation se fait très souvent inconsciemment et un continuum de tolérance existe pour chaque type d’événement. Le stress est l’un des éléments suscitant de nombreux changements, souvent en parallèle, au plan biologique et psychologique. La question métaphorique à savoir si c’est l’œuf ou la poule qui est arrivé en premier reste légitime.
Les effets du stress sur le corps furent démontrés dans plusieurs études, et ce depuis plusieurs décennies. Que ce soit des maladies immunitaires comme le cancer ou des maladies cardiorespiratoires, le stress semble être un facteur important au niveau des pronostics d’une maladie. Sans dire que les troubles de l’humeur (ou autres troubles psychologiques communs) sont la seule cause de nombreuses maladies d’ordre plus biologique, elle générerait un stress chez la personne.
DÉFINITION
L’anxiété est décrite comme un état orienté vers l’avenir dans lequel un sentiment incontrôlable anticipant un événement négatif futur ou d’une éventuelle menace. Il est relié à la perception de l’inaptitude de prédire, de contrôler ou d’obtenir des résultats désirés lors d’un certain événement. Cet état d’impuissance résulte de changements physiologiques comme la stimulation cardiovasculaire, la stimulation du système pulmonaire, les réserves sanguines dirigées vers le cerveau et les muscles et la libération de glucose du foie (gluconéogenèse). L’anxiété cause aussi des changements psychologiques comme la redirection de l’attention et l’augmentation de l’excitation. Bien que l’on puisse mesurer des biomarqueurs du stress, de manière quantitative avec le cortisol par exemple, la subjectivité d’une personne est-elle toujours en cohérence avec ce qu’elle vit physiologiquement?
ET LA PERFORMANCE?
Dans les milieux académique et professionnel, l’anxiété s’exprime sous la forme d’anxiété de performance (ou de compétition). La pression du milieu vécu par la personne est si grande qu’elle génère des émotions de peur, de tristesse, de colère, de honte et plusieurs autres. On peut la conceptualiser comme une situation spécifique qui a une construction multidimensionnelle sur un continuum d’éléments somatiques (physiologique) et cognitifs (psychologique). La comorbidité des troubles psychologiques avec les maladies cardiaques, respiratoires ainsi que le diabète et les cancers sont nombreuses et ceux-ci causent le plus de décès dans le monde. La prévention pour certains facteurs de risque (stress) pourrait réduire cette prévalence. Le travail en amont n’est pas toujours facile, mais pourquoi ne pas commencer dans les milieux académiques et professionnels? La technologie nous permet d’avoir accès à des nouveaux outils. Par contre, il y aura toujours des limites : l’unicité de l’être humain, l’environnement qui est imprévisible et la comorbidité.
EN CONTEXTE SPORTIF
Par contre, il est important de comprendre que l’anxiété n’est pas automatiquement négative. Vivre du stress dans une situation de performance est normal et peut être optimal pour la personne. Il existe une zone, l’Individual Zones of Optimal Functioning (IZOF), qui propose qu’il y ait des différences individuelles dans la manière de réagir à l’anxiété (Hanin, 1997). Certains seront meilleurs en condition d’anxiété basse et d’autres seront meilleurs en condition d’anxiété élevée. De là, l’importance de se comparer avec soi même et selon notre niveau.
CONCLUSION
 Que comprend l’anxiété de performance?:
– Anxiété cognitive (peur, irritabilité, frustration, réduction de l’attention …)
– Anxiété somatique (fatigue, tension musculaire, fréquence cardiaque …)
– Confiance en soi
Comment peut-on la mesurer ou l’observer? (Bien évidemment, il n’y a pas de mesures directes de l’anxiété de performance…):
– Questionnaires (CSAI-2R)
– Biomarqueurs et paramètres psychologiques (cortisol, fréquence cardiaque)
– Entrevue / entretien
Quoi faire lorsqu’elle est repérée?
– Technique de concentration sur la respiration
– Intégration de situations anxiogènes lors des entraînements
– Orientation des objectifs (réalistes)
 RÉFÉRENCES
Cerin, E., Szabo, A., Hunt, N., & Williams, C. (2000). Temporal patterning of competitive emotions: a critical review. J Sports Sci, 18(8), 605-626. doi:10.1080/02640410050082314
Craft, L. L., Magyar, T. M., Becker, B. J., & Feltz, D. L. (2003). The relationship between the Competitive State Anxiety Inventory-2 and sport performance: A meta-analysis. Journal of Sport & Exercise Psychology, 25(1), 44-65.
Hanin, Yuri L. (1997). Emotions and athletic performance: Individual zones of optimal functioning model. European Yearbook of Sport Psychology, 1, 29-72.
Palazzolo, J., & Arnaud, J. (2013). Anxiété et performance: De la théorie à la pratique. [Anxiety and performance: From theory to practice.]. Annales Médico-Psychologiques, 171(6), 382-388. doi:10.1016/j.amp.2011.09.018
Vickers, J. N., & Williams, A. M. (2007). Performing Under Pressure: The Effects of Physiological Arousal, Cognitive Anxiety, and Gaze Control in Biathlon. Journal of Motor Behavior, 39(5), 381-394. doi:10.3200/JMBR.39.5.381-394
VINCENT BOUCHER
INTERVENANT @KINACTIF
Expériences Académiques
  • Bac. Psychologie
  • M. Sc. Kinanthropologie – Momentum psychologie et paramètres cardiorespiratoires chez des coureurs
  • PhD (c) Psychologie – Médecine comportementale
Expériences Sportives
  • Course à pied sur routes et en sentiers
  • Athlétisme – Distance demi-fond
  • Cross-country
  • Duathlon

Join the discussion One Comment

Leave a Reply